Il est toujours avec nous, d’une manière ou d’une autre, se déguise sous plusieurs formes, parfois banales parfois cocasses, il n’arrête plus de nous surprendre par sa flexibilité et nous en sommes devenus complètement dépendants, au point d’offrir une rude concurrence au chien en tant que meilleur ami de l’Homme. Nous vous parlons bien entendu du plastique.
Mais, si l’on regarde de plus près, il s’agit d’un vrai poison. En effet, notre dépendance envers ce matériau nous a aussi, par ricochet, rendu encore plus accro aux hydrocarbures (en particulier le pétrole). Comme le rapporte l’Organisation des Nations Unies, l’ensemble du plastique qui a été produit existe encore sous une forme ou une autre, ce qui nous montre bien que nous avons de grandes difficultés à nous en débarrasser.

Alors, cette guerre contre le plastique, il faut la mener dès à présent, et comme ils disent : « Engagez-vous ! ». Voici donc quelques conseils et autres gestes qui sauvent.

1. Cessez l’usage unique

C’est aussi simple que cela, si l’on ne veut plus de plastique, il faut arrêter d’en consommer autant. Pour éviter que celui-ci se retrouve au beau milieu de l’océan, le plus simple est, aussi simple que cela puisse paraitre, de ne plus en consommer autant.

Et s’il y a bien une forme de plastique dont nous pourrions nous passer, c’est bien celui que l’on utilise pour un usage unique. Je pense notamment à vous, qui campez ou allez faire des pique-niques sur la plage, il faut impérativement arrêter d’utiliser ce genre d’objets (gobelets, couverts…) à usage unique et plutôt préférer de couverts « classiques », même en vacances !

Cela vous permettra non seulement d’économiser de l’argent, mais aussi de réduire la pollution, car, tous ces « invendus » hypothétiques sont autant d’ustensiles qui ne seront pas produits pour les remplacer.

2. Le carton, pourquoi pas ?

Dans le cas où il vous est impossible de vous passer d’ustensiles à usage unique, préférez plutôt des matériaux biodégradables qui disparaissent en quelques mois.

Dans la même gamme de prix et offrant plus ou moins les mêmes qualités que son homologue, le carton a le grand avantage de ne pas être aussi nocif pour l’environnement.

En effet, puisqu’il est fait de papier, il se « dégrade » de manière beaucoup plus saine et vous permet donc de polluer bien moins. `

3. Passez au plastique biodégradable

En effet, grâce aux avancés technologiques, il existe plusieurs sortes de plastiques et notamment certaines, à base de végétaux (contrairement aux hydrocarbures pour la grande majorité des plastiques) aussi connus sous le nom de « bioplastiques », qui sont biodégradables.

Quelle est la différence vous vous demandez surement. Et bien pour vous, consommateur, vous ne la verrez presque pas, car ces plastiques végétaux sont semblables en tout point à un plastique « classique ».

Conclusion

Comme vous l’avez compris, aider notre lutter contre la pollution en réduisant notre dépendance au plastique « classique » c’est tout simple ! Vous pouvez donc rejoindre, dès maintenant, la guerre contre le plastique que nous menons chez Papyrus !

François-Clément, pour Papyrus Éditions

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués par un *

*

16 − 5 =